Emile STAHL



E.STAHL_2008.JPG (86666 octets)

Emile STAHL est décédé le 18.02.2008 à l' âge de 87 ans

Articles de Presse

ALSACE-FOOT

DNA

 

 

Emile STAHL

Le dernier mécène

 

Emile Stahl est en matière de sport un personnage hors du commun. Depuis des années, il veille sur l'AS PIERROTS VAUBAN, meilleur club amateur de football en Alsace. Son aide matérielle et financière n'a qu'un seul objectif : son plaisir...

Assis dans le bureau du groupe immobilier qu'il a bâti de ses mains, il contemple son passé avec une certaine satisfaction. Il sait que sa réussite a quelque chose de formidable. Mais s'il ne la cache pas, il répugne à en parler. Aussi préfère-t-il amener la discussion vers sa passion. Celle qui dirige toute sa vie, ou presque: le football en général, et l'AS Pierrots Vauban en particulier. «Mon club», précise-t-il. Auquel il donne beaucoup.

Ce dernier le lui rend bien. «Que deviendra le club le jour où Emile Stahl décidera de mettre un terme à sa collaboration», s'interrogent souvent certains dirigeants inquiets. La présence du «grand patron » représente tellement pour eux, qu'ils ne peuvent, ne veulent, imaginer une telle hypothèse. Le jour venu, il sera toujours temps d'y penser. De son côté, «Monsieur Pierrots», comme ils le surnomment, ne s'inquiète pas. Il a toute confiance dans l'avenir. «Le jour où j'arrêterai, explique-t-il, Vauban poursuivra sa route comme par le passé. Le club est bien structuré, il a des finances saines». «Au pire, admet-il, il évoluera en Division d'Honneur à la place du CFA. Je crois sincèrement qu'alors, ce ne sera pas un mal».

Un apport social

Au fait, combien donne-t-il pour que les «Pierrots», gardent leur place «au zénith de l'amateurisme»? «C'est subséquent», répond-il, plein d'ambiguïtés. Et de préciser quand on insiste: «Mon apport est social. L'argent vient ensuite». Ce n'est pas un ex-joueur comme Hubert Hausser qui dira le contraire. Arrivé au club, il est embauché en même temps dans l' entreprise comme employé. Aujourd'hui, il est passé de l'autre côté de la barrière sociale en devenant l'associé dans une des sociétés du groupe. Un exemple parmi d'autres. Plus de cent. « Mieux que l'argent, il est désormais vital de procurer un emploi. J'ai la satisfaction de voir que nombre de joueurs qui sont passés un jour par chez nous, ont réussi dans leur vie professionnelle». Notamment des anciens pros du foot, ou des membres des centres de formation n'ayant pu dépasser ce cap, qui le jour de leur arrivée aux «Pierrots» ne disposaient d'aucun bagage professionnel et ignoraient totalement le monde du travail. «Les footballeurs ne sont pas formés pour quitter le football. Or il est primordial .de les insérer dans la vie sociale, de leur trouver une reconversion acceptable. Heureusement, j'ai l'avantage de connaître du monde, d'avoir des relations, et dans ce cas, cela peut aider.» Joueur à Strasbourg, à Nice dans la formation des frères Vallée, mais également en «Russie» pendant la guerre alors qu'il avait été condamné à mort par les Allemands, il a ainsi trouvé le moyen de continuer à vivre sa passion. Avec comme seul profit la possibilité d'être au coeur de moments inoubliables. «C'est grâce à cette équipe, confie-t-il, que j'ai connu mes plus belles joies. Par exemple en juin 1969, lorsque nous avons arraché notre premier titre de champion de France amateurs. C'était face à Fontainebleau. Grâce à Paco Matéo, nous avions gagné 3-2 alors que nous perdions 2-0 et que tous les observateurs nous plaignaient. L'équipe a réalisé une seconde période irréelle pour remporter le trophée. C'était une véritable équipe de copains comme il n'en subsiste plus beaucoup, avec une foi capable de soulever des montagnes».

Une famille

D'autres trophées comme un second titre l'année suivante devant Montélimar (1-0), et des difficultés, sont ensuite venus émailler la vie des «Pierrots». Cependant, il est toujours resté fidèle au poste. «Un instant, j'ai envisagé d'abandonner. J'avais le sentiment d'en avoir assez fait. Seulement pris au jeu, j'ai décidé de repousser de quelques années ce moment». Mais il viendra et beaucoup plus tôt qu'on peut le croire car petit à petit un sentiment de ras le bol apparaît. «L'esprit amateur n'est plus ce qu'il était et cela me déçoit. Comme me découragent, voire me dégoûtent, les spectateurs qui viennent à nos matches. Il est navrant de devoir évoluer devant parfois moins d'une centaine de supporters».

Suffisant pour lui faire rendre son tablier? Pas si sûr. La passion a des raisons, que la raison ignore. Et puis dans sa carrière de footballeur, il a certainement connu des moments bien plus difficiles. Alors ? Il n'est pas homme à ne pas relever les défis. Si tel avait été le cas, il aurait depuis longtemps déjà tout mis au rencard. Quand on aime, on ne compte pas. Et dire qu'il est rentré aux Pierrots tout à fait par hasard. Raccolé par Charles Lausecker. «Mon père spirituel. C'est grâce à lui que j'ai découvert ma seconde famille. Que j'en suis devenu le capitaine, puis que j'y ai pris des responsabilités. Enfin que j'ai pu y vivre une extraordinaire aventure». C'était en... Chut. Secret.

 

                                                                                                    Rémy Zaka







Menu CLUB-HOUSE
CLUB-HOUSE Restaurant